Business Développement au Japon, Contexte et Pratiques – Atelier n°5 “Business Development en Asie”

Share on LinkedInShare on Facebook

22 juin 2017 – En Asie, travailler avec une entreprise japonaise est une très belle carte de visite.

3ème puissance économique mondiale, le Japon est un pays riche d’opportunités. Les japonais ont un pouvoir d’achat élevé et vivent une situation de plein emploi. Les consommateurs ont des attentes qualités et services très élevées. Les sociétés japonaises ont les mêmes niveaux d’exigence vis-à-vis de leurs fournisseurs. Elles octroient par exemple la même importance à l’emballage qu’au produit. Tous les efforts fournis sont récompensés car une fois validée, la relation s’établit à long terme.

Un marché local attractif et diversifié

Le marché local représente 127 millions d’habitants essentiellement japonais. On compte 2 millions d’étrangers, notamment des chinois et des coréens. Le Japon est une nouvelle destination très prisée des touristes asiatiques et occidentaux ; avec la venue de plus de 20 millions d’étrangers en 2016. Ils seront très nombreux dans les prochaines années avec la coupe du monde de Rugby en 2019 et les Jeux Olympiques en 2020.

L’agroalimentaire est l’un des secteurs les plus importants et la France occupe une place de choix, notamment en vins et spiritueux et produits gourmets. Les ventes de poisson frais sont très développées et les origines sont essentiellement australiennes et américaines à des prix très compétitifs.

Le marché des cosmétiques, 2ème marché mondial, est très porteur, la France est le premier fournisseur du Japon. Le marché du médicament est également le 2ème marché mondial.

Et l’avenir est au développement des nouvelles technologies digitales avec la robotique, l’intelligence artificielle ou encore l’Internet des Objets.

Développer son business au Japon, une affaire de patience

Le Japon applique un tarif douanier qui est parmi les plus bas du monde. Attention toutefois aux obstacles non tarifaires qui sont assez communs au Japon : le recours exclusif aux standards japonais et une politique de réglementation avec une préférence pour les produits nationaux peuvent empêcher l’entrée de produits étrangers sur le marché japonais.

Les japonais parlent peu anglais. Les affaires transitent le plus souvent par des intermédiaires japonais. Les relations doivent suivre et respecter de nombreuses règles comme le salut, la carte de visite en premier, la culture du cadeau. La mise en place de relations durables avec des sociétés japonaises prend du temps et il est parfois difficile de comprendre pourquoi. Il faut aussi imaginer un pays dans lequel beaucoup de taches sont encore manuelles garantissant un emploi à chaque japonais. Il existe donc un marché potentiel pour le déploiement de solutions informatiques mais toujours avec un support japonais !

 

Propos recueillis lors de l’atelier Business Centre en direct de Tokyo, avec Yui Watanabe et Fabrice Claudon de la Chambre de Commerce Française au Japon, et Shin Saito, représentant des Champagnes Jacquart au Japon.

 

Découvrez le Business Centre de la French Chamber Singapore

 

Share on LinkedInShare on Facebook